On a joué au nouveau FIFA 18

Le point de départ de FIFA 18 est le même que pour tous les précédents : conserver les bases établies et maximiser l'expérience de jeu en gommant les imperfections, ou bien en introduisant de nouvelles features. Le « Pure Shot », c'est un peu des deux. Cette appellation un peu barbare pour les anglophobes désigne les animations de frappes (et les frappes elles-mêmes), totalement revues pour cet épisode. Plus de pied qui glisse, tout sera fluide et détaillé.

Là où dans FIFA 17, vous ne compreniez pas pourquoi tel joueur avait manqué sa frappe, dans FIFA 18 vous verrez tout de suite l'origine du problème, grâce à ces animations qui montreront que, finalement, le joueur n'était pas si bien positionné que ça sur ses appuis. Dans le cas inverse, vous aurez le droit à de nouvelles trajectoires, en partie grâce à la physique de balle elle aussi revue, bien plus réaliste.

Il est beaucoup plus plaisant de taper dans le ballon que par le passé (plus fort aussi), et certains devraient se découvrir une passion pour les pralines bien senties. En pratique, ça marche très bien. Et le marché des transferts qui s'en donner à coeur joie pour avoir les meilleurs frappeurs de ballons pour une poignée de crédits FIFA 18 :  visitez notre page d'achat de crédits fifa 18  si vous êtes intéressés...

Nouveautés gameplay FIFA 18

Mais en plus de tout ça et des autres changements que l'on abordera plus tard, Electronic Arts nous a présenté un nouvel élément de gameplay, baptisé le « Precision Movement ». Partant du principe que chaque pas compte, les équipes d'EA ont mis au point une nouvelle technologie de mouvement et d'animation des jambes tout simplement bluffante. En développement depuis 2 ans, cette technologie régira par exemple l'animation la plus adaptée à la direction choisie par le joueur, que ce soit une ligne droite ou changement brusque. Mais ça, c'est surtout manette en main qu'on s'en rend compte.

D'entrée, dans FIFA 18, on est marqué par le contrôle des joueurs : ces derniers ont du poids ! On sent qu'ils sont véritablement sujets à la gravité, on sent que chacun réagit différemment de l'autre, on sent la masse Zlatan à déplacer, on sent l'explosion de Cristiano Ronaldo à l'accélération. Bref, on sent le foot tout simplement. C'est de mémoire la première fois qu'on ressent les millionnaires en short de cette manière.

Ce « Precision Movement » prend alors tout son sens ; tout est plus fluide que jamais. Il est indéniable qu'un cap a été franchi dans les animations et comportements des sportifs.

à suivre...